Outils pour utilisateurs

Outils du site


tube

TUBE

A Living Sculpture and Live Sound Installation

Collaborations : Givan Bella, Jef Rolez, JF Leroy

Saturday 25th July 2015.
Opening speech 15h.
Duration: all afternoon.
KRA: Hranice u Malče. Kravín.

A special event to celebrate
75 years v Nádrž in Hranice!

With festive fires, solar music, and healthy snacks.
Old and young of all ages welcome.

Organisation : KRA/Kravin Rural Arts, Hranice(CZ) avec Givan Bella et Lenka Delanova, (n)/(FR) avec Marina Pirot et Dominique Leroy

Pour écouter le tube-stream (samedi 25 juillet à partir de 15h00) :

Ouvrir VLC, dans l'onglet “Média” cliquez sur “ouvrir un flux réseau” et collez cette adresse http://stream.okno.be:8080/tube-stream.ogg

Ou téléchargez le logiciel pure-data :

https://puredata.info/downloads/pd-extended

Dates :

  • Été 2013-2014 : découverte du lieu et participation à SOLARKRA et POSEDY dans le cadre d'ALOTOF
  • Du 13 au 26 Juillet 2015 : Premières investigations et expérimentations sur le tube (plans, maquettes, expériences sonores, inventaire des matériaux disponibles, présentation publique du projet…)
  • Automne > Printemps 2016 : Travail à distance avec Guy pour installations sonores et streaming du tube.
  • Été 2016 : Construction du cube et poursuite des recherches

Le projet Tube consiste à investir une citerne hors d'usage située sur un terrain en co-propriété dans la campagne Tchèque à 100km de Pragues, (la citerne était utilisée comme réserve de mélasse 1) pour le bétail de la ferme colléctive). Les recherches et expérimentations du tube consiste à explorer et exploiter les caractéristiques acoustiques de la citerne, il s’agit aussi de reflechir à créer les bonnes conditions de création et d'écoute autour de cet objet en connexion avec le contexte et le sol où il est implanté 2) ainsi que d'autres lieux distants 3)

Le tube devient simultanément un lieu habitable (l'idée est d'équiper cet espace du nécessaire pour pouvoir y travailler, séjourner et partager les créations en cours), un lieu d'expérimentation de réflexion et de création partagée relié à d'autres lieux (via différents moyens de communication comme l'internet). Le principe de création qui accompagne le tube (les créations de dispositifs sonores, le son lui-même est basé sur le (ré)-emploi, idées de boucle, de recyclage. L'approche sur les aspects sonores comme par exemple l'analyse et compréhension de la résonnance du tube (ex : fréquences de battements…), l'utilisation de l'effet “feedback” ou “larsen” 4) et les aspects constructifs (en “écho” à l'architecture vernaculaire) repose sur l'utilisation des ressources et de matériaux trouvés sur place.

Les investigations et recherches artistiques sont menées simultanément à la réflexion et la conception/réalisation du lieu/atelier.

'tube' - Dominique Leroy The reconversion of an old tank with molasse for cows into a gigantic physical, electronic, and networked instrument. At the same time a maquette was made to build on the side of the tube a little laboratory where artists can work and further explore the properties and possibilities of the object, leaving it completely intact. The tank is from 1940 and is weighing 30 tons, having a size of 6m x 2.5m. This live sculpture will be realized next year with appropriate funding. Residents can even sleep inside of it. Pictures of the tube maquette (object) and tube sound installation: http://wiki.dominiqueleroy.info/dokuwiki/doku.php?id=tube
Guy Van Belle, 19 Juillet 2015

J1

  • Aménagement de l'atelier
  • Visite des travaux de rénovation du lieu de résidence avec Guy
  • Photographies et mesures du tube
  • Fixation des transducteurs sur le tube
  • Discussion en Tcheck avec le voisin
  • Recherche de matériaux sur le net et premières esquisses “cube for tube”

J2

  • Ouverture du tube

  • Réalisation d'une maquette à l'échelle 1/10em

J3

  • Inventaire des matériaux recyclables et disponibles sur la ferme. Pour construire le cube Guy propose de démonter une maison en bois devant sa ferme, toutes les poutres et le bardage pourront servir a construire le cube
  • Préparation d'un atelier nomade temporaire pour expérimentations sonores sur le tube
  • Réflexion et écriture pour préparer les phases de construction du “cube”
  • Activer et enregistrer le tube pour analyser sa fréquence de résonnance

J4

  • Retouche de la maquette !
  • Travail sur pure-data pour créer des outils d'analyse de la résonnance (oscillateur, noise…)

J5

  • Croquis de l'installation sonore et liste de matériel
  • Raccordement d'un micro electret et fabrication d'un résonnateur, une plaque de métal qui sera suspendue au niveau de l'ouverture du tube. Cette plaque pourra capter les vibrations à l'extérieur du tube (ex : bruits d'animaux comme les chants d'oiseaux, grenouilles la nuit, bruits mécaniques avions, moteurs, et aussi à l'intérieur du tube les transducteurs fixés à l'extérieur du tube en feedback vont rediffuser les sons extérieurs mais aussi des sons d'impact sur le tube comme la pluie, les branches qui frottents sur le métal avec le vent…
  • Analyse et observation des fréquences de vibration du tube avec Guy en utilisant le logiciel PRAAT 5) créé par l'université d'Amsterdam. Nous avons simplement diffusé au moyen des transducteurs fixés sur le tube une rampe de fréquences sonores allant de 40hz à ? Hz sur une durée d'environ 2mn. Nous avons enregistré simultanément le son original émis dans les transducteurs et le son à l'intérieur du tube afin de les comparer. Avec le logiciel PRAAT et la visualisation des fréquences, on peut observer une zone de perturbation, des “beat frequencies” en français “fréquences de battement” 6) avec un effet additionnel entre la résonnance émise et la résonnance du tube (ces fréquences additionnelles jouent aussi sur l'amplitude du son visible également sur le graphique). On peut ainsi remarquer que la fréquence de résonnance du tube se situe entre 300hz et 400hz. La fréquence des sons captés avec le résonnateur (plaque métal) située entre 300 et 400hz aura une meilleure capacité à faire sonner le tube. La prochaine étape est d'analyser le fréquence de vibration de la plaque métal qui servira à capter les sons extérieurs et intérieur du tube, il est possible que la fréquence de vibration de la plaque métal oscille aussi entre 300 et 400hz.

  • Les premières expérimentations sonores vont consister à explorer les interférences entre l'effet de larsen et les fréquences de battement dans le tube. L'idée est de jouer avec la boucle créée entre la plaque et le micro electret et les transducteurs. Cette boucle produit un signal ondulatoire qui augmente progressivement en intensité jusqu'à atteindre les limites du matériel utilisé (effet larsen entre le matériel et le tube/milieu de diffusion). L'idée est de jouer avec cette limite propre au larsen et d'interférer sur ce processus en utilisant différentes variables extérieures grâce au programme pure-data 7). Plusieurs expériences sont possible afin de moduler ou de perturber l'effet de larsen, en jouant sur la captation de sons à l'extérieur du tube (grâce à la plaque), en analysant différentes variables (sonores et envirronnementales) pour les connecter sur des effets de delay ou de pitch entre la captation (electret/plaque) et la diffusion (transducteur).

Ici les spectrogrammes de sons de pluie sur le tube, on voit l'aspect chaotique des sonorités des gouttes sur le métal.

J6

  • Installation d'un résonnateur au niveau de l'entrée du tube. Un micro electret est fixé sur la plaque. La plaque capte les vibration du son à l'intérieur du tube, le son est ensuite envoyé au programme audio (pure-data) travaillé par Guy avec différents filtres (on calibre le programme de façon a envoyer des fréquences en accord avec la fréquence de résonnance du tube). Puis les sons traités sont amplifiés et envoyé dans 2 transducteurs fixés sur 2 parois du tube. Cela produit une boucle (voir dessin au dessus). Le tube a quand même besoin d'une impulsion pour commencer a sonner et partir en larsen, nous faisons des tests avec un enregistrement uniforme mais l'idée est de capter des sons à l'extérieur du tube pour fournir ces premières impulsions sonores. J'ai l'idée d'utiliser un plus petit tube fixé à l'extérieur de la citerne, ce second tube sera comme un filtre “naturel”.

J7

  • Guy me fait découvrir le travail de Nicolas Collins “Pea Soup To Go” 8) basé sur le feedback, et me prépare un patch PD composé de filtres (fréquences aigues et graves) et resonant filter pour accentuer certaines fréquences dans le tube. L'idée est d'utiliser la résonnance même du tube dans le dispositif sonore en ayant le moins possible recours a des effets (ex : delay) pour “controler” le feedback.

Ici un enregistrement, extrait des test de la journée (écoute au casque) :

J8

J9

Autres images et documentation

Tube in winter, photos by Guy van Belle

Jef help

  • Streaming (les réglages du patch pd ? et réglages de la box de Guy, télécharger le patch et remplacer l'extension .txt par .pd pour faire tourner):giss-audio-ogg.txt
  • Faire tourner VNC pour travail a distance
  • Branchement de capteurs de lumières (arduino) sur grosse Olimex (avec l'écran)
  • Eventuellement faire tourner le module sensor/wifi pour envoyer des données depuis le tube
  • info sur gpio pd ?

http://nyu-waverlylabs.org/rpi-gpio/ https://puredata.info/docs/embedded

Ressources & Bibliographie

Nick Collins http://composerprogrammer.com/research.html

Michael Schwab Experimental systems, future knowledge in artistic research http://upers.kuleuven.be/en/book/9789058679734

Trevor Wishart On Sonic Art http://monoskop.org/images/2/21/Wishart_Trevor_On_Sonic_Art.pdf

R.Murray Schafer The soundscape

James J.Gibson The ecological approach to visual perception http://www.amazon.fr/Lapproche-%C3%A9cologique-perception-visuelle-Gibson/dp/2367510059

Georges Didi-HubermanGénie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise – 13 janvier 2001

Ressources techniques

1)
Coproduit du sucre de betterave ou de canne, la mélasse est un liant des rations mélangées pour vaches laitières, veaux ou autres bovins
2)
KRA impulsé par Guy Van Belle et Lenka Delanova,Guy et Lenka entreprènent la rénovation d'une ancienne ferme collective pour en faire un lieu de recherche et de création artistique rural, une première partie habitable qui est aujourd'hui leur résidence principale a été rénovée. Au dessus de cette partie habitable, il réalisent l'isolation du grenier de 100m2 pour accueillir des artistes en résidence avec accès à une bibliothèque et studio multi-médias. Une étable de 500m2 (un très bel espace vouté) et son grenier d'une surface équivalente accueille des ateliers de construction
3)
(n)/espace artistique sans frontière impulsé par Dominique Leroy et Marina Pirot mène une réflexion sur l'idée d'atelier nomade (n)A et les conditions de création. (n) impulse des projets et accompagne différents lieux comme par exemple le soutien à la création dans le jardin du musée Dobrée à Nantes, la réflexion d'un projet culturel dans une petite commune des Hautes-Alpes
4)
L'effet Larsen est un phénomène physique de rétroaction acoustique observé dès les débuts de la téléphonie1 et décrit par le physicien danois Søren Absalon Larsen2,. L'effet Larsen est souvent désigné sous le terme anglais de feedback. Cet effet se produit lorsque l'émetteur amplifié (exemple : haut-parleur) et le récepteur (exemple : microphone) d'un système audio sont placés à proximité l'un de l'autre. Le son émis par l'émetteur est capté par le récepteur qui le retransmet amplifié à l'émetteur. Cette boucle produit un signal ondulatoire qui augmente progressivement en intensité jusqu'à atteindre les limites du matériel utilisé, avec le risque de l'endommager ou même de le détruire. Ce phénomène est particulièrement fréquent dans tout système de sonorisation (conférence, concert, téléphone avec haut-parleur, prothèse auditive) et produit un sifflement de fréquence quelconque, pas forcément aiguë contrairement à une idée reçue (un larsen basse fréquence existe aussi et peut être très pénible) mais en général très désagréable, le son s'amplifiant jusqu'à l'amplitude maximale permise par le système. La fréquence du son résultant dépend des fréquences de résonance des composants électriques et électroniques du système audio, de la distance séparant émetteur et récepteur, des propriétés acoustiques du lieu d'écoute et du caractère directionnel du récepteur, et des caractéristiques de distorsion des amplificateurs en surcharge.
6)
En acoustique, le battement est une interférence entre deux sons de fréquences légèrement différentes, laissant percevoir des pulsations. En acoustique musicale, il correspond au mélange de deux sons contenant des fréquences harmoniques voisines. Les battements peuvent être perçus facilement en accordant un instrument capable de notes tenues. Accorder deux notes à l'unisson produit un effet particulier : tant que les deux notes ont des hauteurs voisines mais pas identiques, la différence des fréquences produit un battement ; la note résultante est modulée par un trémolo pendant que les sons interfèrent alternativement de manière constructive puis destructive. Lorsque les notes s'approchent de l'unisson, le battement ralentit puis disparaît. Inversement, un son pur modulé en amplitude avec porteuse supprimée (en) produit une sensation de battement tant que la fréquence de modulation est suffisamment basse ; lorsque celle-ci croît, on perçoit les deux raies latérales du spectre. On étudie par ce moyen la sélectivité fréquentielle de l'oreille1.
tube.txt · Dernière modification: 2017/04/11 15:43 (modification externe)