Outils pour utilisateurs

Outils du site


workshops

Exporter la page au format Open Document

WORKSHOPS

Expérimentation/perception de la ville

Lieu : ECV
Date : du 13 au 17 Février 2017

Pour l'art des années 1950 et 1960, l'un des mots-clés les plus centraux était «l'expérience». En nous appuyant sur les expériences/futuriste/dada/fluxus,des utopies et expériences comme celles des artistes du black mountain collège (ex : David Tudor, John Cage), nous proposons un travail d'écriture d'instructions/partitions, de fabrication d'instruments et appareils d'actions/parcours sonores urbains.

Pour lancer le workshop, nous consultons quelques exemples de projets sur le détournement et l'activation d'objets urbains (mobilier, architecture), et exemples d'extensions du corps en mouvement (ex : travail de Baudouin Oosterlynck), pour une expérience sensorielle de la ville.

Durant la semaine, chacun expérimente des dispositifs, des attitudes, des mouvements, fabrique des instruments/appareils/équipements de perception et de captation (extension d'oreilles, casques…).

Chaque partition/expérience est travaillé en petits groupes de 2-3 personnes et permet la création de dispositifs qui peuvent prendre la forme de carte interactive, performance sonore acoustique avec et/ou sans l'ordinateur, de systèmes d'écoute sculptural, des objets/résonnateurs sont installés dans les couloirs et escaliers de l'école. Les expériences sont fimées et permettent de pratiquer le montage/son/vidéo. La documentation/restitution prend la forme de petits dépliants .

Doors

Auteurs : Marguerite Brousse et Noah Morales


photo : dispositif de diffusion : transducteurs installés sur 4 portes disposées dans l'espace

photo : écriture du son sur 2mn


photo : captation de matériaux sonores pour réaliser une construction sonore avec le logiciel audacity

Durant ces 5 jours nous avons créé une bande sonore à partir de sons produits par des portes, nous utilisons ces mêmes portes comme moyen de projection sonore dans l’espace. Avec l’aide de Transducteurs nous projetons nos pistes ( en stéréo ) sur les différentes portes afin d’obtenir une résonance particulière.Notre bande se compose en quatre parties incluant un refrain que l’on pourrait qualifier de rythmé et trois autres compositions sonores plus « évasives ». Afin d’exposer notre création nous voudrions la mettre en scène dans une salle noir avec quatre portes éclairées disposées aux quatre coins de la piece pour ainsi inviter le spectateur à venir au milieu et à se laisser emporter dans un voyage sonore.

Hidden sound

Nous avons décidez de présenter un travail basé sur les sons « cachés » que nous ne percevons pas au quotidien. L’idée nous est venue lors de la première expérimentation que nous avons opéré lundi. En binôme, nous avons écouté durant 7 minutes les bruits qui nous entouraient sur le boulevard Guist’hau. Suite à cette expérience, il nous a semblé intéressant de produire un travail qui consisterait à révéler des bruits aux quels nous sommes constamment exposé, mais que nous ne pouvons entendre sans appareil. Pour cela, nous avons voulu mettre en avant un son particulier en l’isolant de la sonorité ambiante. Création de stéthoscope fais maison 

Glisser dans la ville

Bruit blanc


400 M

Proposition aux étudiants de l'école des Beaux-arts de Nantes : Imaginer un dispositif, une installation, une expérimentation qui induit, qui revèle un rapport particulier à l'espace (espace urbain, espace construit, espace mental, espace virtuel…). Dominique Leroy, Jean-François Rolez et les étudiants partagent différentes techniques de réalisation et champs de références.


ERBAN - 19-20-21 JANVIER 2015

Dominique Leroy & Jean-François Rolez / Ecole Régionale des Beaux-Arts de Nantes infos sur les intervenants :

Thématique : L'espace

Étymologie : Le mot vient du latin spatium, qui a deux significations : elle désigne l'arène, les champs de courses mais aussi une durée. En ancien et moyen français, espace signifiait plutôt un laps de temps, une durée : le soleil occupait tout l'espace du jour.

Titre du workshop : 400 M

Objectif : Imaginer un dispositif, une installation, une expérimentation qui induit, qui revèle un rapport particulier à l'espace (espace urbain, espace construit, espace mental, espace virtuel…). Dominique Leroy, Jean-François Rolez et les étudiants partagent différentes techniques de réalisation et champs de références.

Contexte d'expérimentation : Nous proposons aux étudiants de délimiter un “périmetre géographique et conceptuel” : une zone d'expérimentation de maximum 400M autour d'1 point (point choisi par les étudiants en groupe ou individuellement). Le workshop destiné à éxaminer et expérimenter notre rapport à l'espace (L'espace, le ciel / l'espace vibration / Mémoire de l'espace / La mesure de l'espace / Espace et structures / L'espace vécu ou subjectif …), nous proposons aux étudiants d'énumérer une grande liste de mots reliés à ces différentes thématiques de l'espace. Classés par familles, des groupes de mots seront choisis aléatoirement de façon à délimiter rapidement des “zones” d'éxpérimentation. Nous proposons également de partager différentes techniques de réalisation (systèmes audio, numérique, capteurs/logiciels libres/amplification sonore/vidéo…) pour que les étudiants puissent concevoir et réaliser des micro-installations sur 3 Jours.

Déroulé : 5 temps (Départ, premier virage, première ligne droite, deuxième virage, dernière ligne droite)

Départ & Premier virage :

  • Présentation des intervenants et projets artistiques reliés au Workshop (ALOTOF/Entomosolar / Swell / Jardin Magnétique / Bot / 5em dimensions / Les Espaces Enchevêtrés…
  • Champs de références du workshop
  • “Brainstorming” et inventaire de mots et thématiques liés au Workshop
  • Séléction de contraintes pour délimiter des “zones”, “champs d'expérimentation”, cette étape peut se faire individuellement ou en groupe.

Première ligne droite, deuxième virage :

  • Présentation du matériel et techniques proposées par les intervenants (différentes technologies liées aux arts numériques, audio/video…)
  • Conception et suivi de réalisation de projets individuels ou collectifs

Dernière ligne droite :

  • Réalisation, présentation et documentation des projets

Introduction Pure-data

Pure Data (en abrégé pd) est un logiciel de programmation graphique pour la création musicale et multimédia en temps réel. Il permet également de gérer des signaux entrants dans l'ordinateur (signaux de capteurs ou événements réseau par exemple) et de gérer des signaux sortants (par des protocoles de réseau ou protocoles électroniques pour le pilotage de matériels divers).

L'atelier 400M est l'occasion d'aborder les possibilités de cet outils couramment utilisé dans le cadre de la création artistique aussi bien pour la réalisation d'installations qui utilisent le son, la vidéo, objets en mouvements, dispositifs interactifs etc.

Les étudiants peuvent télécharger pure-data extended ici : http://puredata.info/docs/PourCommencer

et consulter de nombreux guides et forum de discussion sur ce logiciel : http://codelab.fr/pure-data

.

Introduction aux micro-PC ARM et à GNU/Linux

  • Présentation de plusieurs solutions modernes de machine GNU/Linux économes .
    • Raspeberry Pi ( utilisation dans un cadre de captation rendu d'image et de vidéos., communauté très importante et support attratif
    • Olimex A20 LIME2 comme serveur internet à tout faire et machine polyvalente
    • Olimex A13 SOM, mano machine , wifi, pas cher, tient dans la main.
    • Olimex A13 assez pratique
  • Branchement serie sur l'Olimex (Rx-Tx-gnd) - Gtkterm pour accéder au boot de la machine
  • Le systeme Debian ( un système GNU/Linux parmi d'autres ) est installé sur une carte mico-SD
  • Rappel sur le système LINUX créé ds les années 80 (noyau linux de Linus Torvald s'est implanté dans différentes université notamment grâce à la politique portée par les licences libres (GPL, Richard/Stallman) , de fil en aiguille le système est devenu le meilleur du monde grâce à une grande communauté de contributeurs Linux, une ref parmi d'autre sur la libre : utopie-du-logiciel-libre , le livre est librement téléchargeable.
  • Parcours sommaire de l'arborescence linux, bin: binaire / boot : sert au boot /dev : entrées sorties de la machine que le noyau a vu /etc : répertoire d'administration pour configuration de la machine / usr permet de déposer les programmes …
  • utiliser man pour avoir des infos sur les commandes
  • Pour des infos sur LINUX, aller sur des manuels en ligne (ex : http://la-fabrique.du-libre.org/spip.php?article232

Installation "espace et champs électromagnétiques"

L'idée est d'explorer les champs électromagnétique ambiant, de les enregistrer pour que l'auditeur puisse retrouver à l'oreille le chemin parcouru.

Intention artistique

Réalisation

Nous utilisons comme capteur , une bobine de cuivre que nous connectons sur un enregistreur numérique.

Bobines

Une simple bobine d'une dizaine de spire jointive de fil de cuivre suffi quand elle est proche d'une source a produire des variations de tension électrique. Ce courant comme celui que le son produit grace à un micro est enregistré.

  • bobine d'un centimètre de diamètre, une centaine de spires, permet une écoute précise, tel un stéthoscope des appareils électroniques, ordinateurs, radios, téléphones etc
  • bobine de 10 ou 20 cm de diamètre pour une écoute plus large
  • des bobine encore plus grandes, fixe , entendent bien les choses mobiles

Notes:

Une petite bobine à l'intérieur d'une grande boucle de plusieurs mètres de diamètre, courant le long des murs d'une piece, reprend le principe de 'la boucle magnétique', utilisée auparavant pour sonoriser les espaces pour les mal-entendants. La petite bobine amplifiée fait office de récepteur, pendant qu'un signal , une musique est injecté dans la grande boucle.

Enregistrement

On utilisera le logiciel Audacity pour sélectionner et préparer les sons de l'enregistreur numérique.


Déambulation dans la ville et captation sonore

Affichard Alan + Le Boulc'h Edouard

Introduction

Déambulation dans la ville et captation sonore. Récupération d'objets et de rebus dans la ville et composition sonore avec ces objets. L'installation est composée de trois pistes audio, un fond sonore de textes fragmentés enregistrés durant la déambulation, un solo de bouteille en verre, et un solo de pot de peinture vide. Ces trois pistes fonctionnent sous la forme d'un écosystème, se donnant à chacun leur tour la parole. Les pistes sont diffusées par trois transducteurs placés en dessous des objets avec lesquels le son à été composé. De cette manière, une plaque de métal symbolise l'espace urbain dans lequel nous avons déambulé, supportant les deux “objets-instruments” avec lesquels nous avons composé des solos. Les compositions sonores sont directement réintégrées dans leurs éléments physiques d'origine.

Techniques de réalisation & liste du matériel

  • Captation avec un zoom H4.
  • Isolation des pistes. Composition de solo.
  • Création d'un patch Pure Data qui gère les trois pistes.
  • Installation: Pc - Carte son - ampli - transducteurs

Installation "PIANO BUS"

Hellène / Charles / Raphaëlle / Eole

l'abribus comme espace interface, instrument

Utiliser des piezos comme capteurs de vibrations. Un programme capte les vibrations qui les transforme en son.

  • 2 piezo
  • 1 ordinateur
  • 1 adaptateur jack
  • 2 transducteur
  • 1 ampli

Code processing :

  programme:=====>>>>>>> [prossesing]
  import ddf.minim.*;
import ddf.minim.signals.*;
Minim minim;
AudioInput in;
AudioOutput out;
SineWave[] sine=new SineWave[5];
float n, a;
float max, min, sumax, sumin,vol;
void setup() {
 size(displayWidth, displayHeight);  
 minim = new Minim(this);
 in = minim.getLineIn();
 for (int i=0;i<5;i++) {
   out = minim.getLineOut(Minim.STEREO);
   sine[i] = new SineWave(440, 0.5, out.sampleRate());
   sine[i].portamento(500);
   out.addSignal(sine[i]);
 }
textSize(50);
textAlign(CENTER);
}
void draw() { 
  out.setGain(-5);
 background(255); 
 stroke(0);
 for (int i = 0; i < in.bufferSize() - 1; i++) {    
   line(i, 50 + in.left.get(i)*50, i+1, 50 + in.left.get(i+1)*50);
   line(i, 150 + out.right.get(i)*50, i+1, 150 + out.right.get(i+1)*50);
 }
 max = 0;
 min = 0;
 for (int i = 0; i < in.bufferSize() - 1; i++) {
   n+=in.left.get(i);
   if (in.left.get(i)>max)max = in.left.get(i);
   if (in.left.get(i)<min)min = in.left.get(i);
 }
 if(max<0.01&&a>0){a-=50;out.setGain(0);println("oe");}
 if(max>=0.01&&max<0.5){a=400;}
 if(max>=0.5&&max<0.75){a=533;}
 if(max>=0.75){a=666;}
 for (int i=0;i<5;i++) {
   sine[i].setFreq(a);
 }
 out.setPan(1);
}
<<<<<<======

Installation "traces"

L'idée est de faire un système nomade qui fabrique sa trace géolocalisée (GPS), et la transmet à travers les réseaux wifi ouvert rencontré, sur un site ou une application dessinera la carte du chemin parcouru.

Intention artistique:

Fabrication

  • Nous partons d'une carte ARM Olimex A13 micro, tournant sur un système debian
  • une alimentation sur une batterie avec un régulateur 5v pourra être utilisée
  • un hub usb est connecté
  • Un GPS / USB y est connecté ( nous avons du compiler une entrée USB/Serie dans le noyau Linux non sélectionnée sur la compilation par défaut )
    • Le GPS après collecte des éphémérides donne une position à 20m..50m pres , dans la pièce sous les toits de l'école. , La précision sera sans doute d'une dizaine de mètre avec ce GPS
    • Les GPS utilisent le protocole NMEA, ligne de texte balisé, donnant longitude,latitude, heure, nombre de satellite …
    • le GPS ici est visible sur une entrée (device) /dev/ttyUSB0
    • gpsd est utilisé comme programme pour communiquer avec lui
    • un client gps , gpsdecode sera utilisé pour extraire les données de la trame NMEA
  • une clé WIFI , realtek
    • nous commençons un script en bash qui va scanner les réseaux wifi pour se connecter.
      • iwlist scanning, tri sur les réseaux ouvert, puis sur la qualité de réception
      • un script de connexion sur freewifi est récupéré sur le Net
      • une boucle en bash cherche donc le premier free wifi ouvert et s'y connecter
      • le script devra aussi envoyer les données au serveur distant
  • le serveur distant est préparé, codé en PHP

Design fiction (Anaïs Rolez/ Notes)

Meilleurs outils pour réinventer le futur ? Terme apparu avec Julian Bleecker (A short essay on design, science, fact and fiction) + écrivain-essayiste Bruce Sterling. Méthode qui mele design prospective, créativité. Caractère réaliste, il ne s'agit pas uniquement d'imaginer des objets mais de les mettre en application, rendre le futur présent. Le design fiction se veut presque pédagogique, produire une fiction qui amènene le spéctateur dans un autre espace. Les prototypes induisent la “suspension conscentie d'incredulité” + qualité diégétique (rôle d'immersion dans un univers fictionnel). Design fiction est un espace d'expérimentation qui permet de faire des erreurs / contrairement à la prospective. Multiplication de scénarios possibles. faire réagir les gens, mettre en exergue les propositions / tanatopraxie urbaine / réintroduction de la mort dans la ville / le glitche (défaillance informatique) / le croisement entre la science fiction et la réalité / design fiction est encore embryonnaire mais s'inspire de méthodes de créativité (Nicolas Nova, La panne des imagianaires technologiques), atelier de brainstorming qui permet d'imaginer des scénarios dans lesquels des projets “partiraient en sucette”. Sacrifier des idées qui seraient trop bien conçues. Retrofuturisme (souvenir d'un futur rêvé/ persistance des visions de l'avenir). Alex Goblex (le futur n'existe pas) / Ursula Legain. Le design d'interactions / moderne (ce qui est récent). (expositions : Les lendemains d'hier, Futur antérieur, Souvenirs du futur). Inspiration de la création technologique et de ses imaginaires. Questionnements sociaux, politiques, et psychologiques envres des objets techniques ou imaginaires = discours, représentations, mythes et imageries fantasmatiques qui entourent les objets techniques.

Révolution intellectuelle du XVIe siècle = construction d'une représnetation du monde basé sur la raison (Copernic, Galilée, Newton, Lumières) = âge dominé par la science et la technique = rationalité (économique, sociale, politique. Révolution industrielle et la rationalisation, la pensée rationnelle permet des progres mais désenchante (fin des utopies/peur de la guerre nucléaire…). Idée de progrès et avenir radieux pessimisme dans le progres technologique / dénie du changement climatique. Ruine du futur conséquence technosociale et avenement d'un monofutur. Mathhieu Briand / Raphael Zarka / Laurent Grasso. Différences entre futur et avenir / la postmodernité (Jean Baudrillard)/ hyper surveillance hyper connectivité / Julian Oliver : le futur est deja présent mais pas distribué de maniere homogene/ Derrida Hantologie.

  • Expo universelle de New-york : le futur en 1939
  • Archigram dans les années 60 menent des reflexion sur les changement sociaux avec revue dans lequel ils imaginaient la mobilité (monde inverti / Prestige / Christopher Priest), habitats temporaires, logements modulaires, visions poétiques, formes biomorphiques, réinterpretation poétique du monde moderne / superstudio qui imagine aussi des méga structures à l'aide de dessins et photos / archizoom / Pascal Hauzerman / antilovague / opposition face à l'avenement de la société de conso, design critique qui va glisser vers le design fiction.
  • Antony Dunne et Fiona Raby : rôle joué par les objets dans nos vies quotidiennes (ex : caisson de faraday pour se protégérer des ondes éléctromagnétiques / mobilier robotique carnivore / Neil Usher (appareil photo qui capture des formes de visage) / Michail Vanis (voler l'energie des autres appareils / TBD catalogue / rôle diegetique - ce qui fait adhérer (immersion dans un monde fictionnel)-procédés narratifs / dents connectées/ Takehito Etani Third eye /hybridation et augmentation de l'être humain / Waffaa Bilal (caméra derriere la tête / Michael Burton) /Anne Hendricks (commment reduire la taille des humains) / augmenter les animaux Pigeon Blog_Beatriz da Costa (performance artistique et cartographie de la pollution) en 2006 / reconsiderer le rôle des animaux avec les nouveaux médias / Marguerite Humeau (reconstitution de squelettes pour reproduire le son de dinosaure / Addicted Toasters Simone Rebaudengo =grilles pains connectés au réseaux qui se met en vente sur ebay / donnent des infos sur leurs utilisation / Matt Richardson _ descriptive camera / participation des gens a l'observation par la Nasa / horloge qui donne l'heure que l'on ne peut pas decripter / techno numériques sont de plus en plus intégrées / la dimmension spatiale compte moins que les objets qui nous permettent d'être en interaction avec l'environnement / Mark Shepard / kit d'identification de drônes : prototypes pour montrer l'importance des enjeux auxquels ils font références / enjeux des respects de la vie privée / Julian Olliver grenade transparente récupère toutes les données puis redirigées vers des serveurs distants et rendues visibles publiquement.

1-New-york-worlds-fair-1939-perisphere-cutaway_ 2-Perisphere_ 3-Archigram 4-Superstudio_monumento-continuo-1969 5-Wafaabilal 6-Burton_nitta-algaculture-symbiotic-suit-1 7-Second-livestock-virtual-reality-for-chickens-1 8-Pigchase_stal 9-Julian-o-transparency-grenade

Autres références :

  • La Mounte Young / “Dream House” de La Monte Young & Marian Zazeela
  • John Cage
  • Max neuhaus / Our perception of space depends as much on what we hear as on what we see. m.n. http://www.max-neuhaus.info/
  • Rainforest / David Tudor
  • Artistes conceptuels
  • Allan Kaprow

Liste du matériel

  • Plusieurs Enregistreur audio numérique (du type zoom) avec accéssoires et batteries…
  • Pluesieurs Cameras vidéos
  • Maximum d'Enceintes amplifiées et non amplifiées
  • vidéoprojecteurs
  • Accès à l'atelier bois (pour petits bricolage pendant les 3 jours) et matériaux de récup dans l'école (tasseaux, planches…)
workshops.txt · Dernière modification: 2017/04/11 15:43 (modification externe)